La Chartreuse de Bonnefoy

L'ordre des chartreux
Le XI° siècle fut traversé sur le plan religieux par un vent de réforme, qui aboutit à la naissance du « nouveau monachisme ». C’est-à-dire à l’éclosion de nouveaux ordres religieux soucieux de rester pauvres et isolés du Monde. L’ordre des chartreux est tout à fait emblématique de cette période ; fondé en 1084 par saint Bruno, cet ordre très original marie la vie en communauté et vie d’ermite, grâce à des installations très fonctionnelles et une organisation sans faille. La solitude profonde du massif Mézenc –Gerbier, ne pouvait manquer d’attirer ce nouvel ordre.



La chartreuse de Bonnefoy est fondée dans la deuxième moitié du XII° siècle par Guillaume Jourdain, seigneur du Mézenc. Malgré les limitations imposées à l’extension de leur domaine, appelé « désert », les chartreux entrent vite en concurrence avec les autres établissement monastique du secteur : cisterciens d’Aiguebelle à la grange de Goudoulet, mais aussi de Mazan, moines de la Chaise-Dieu aux Sagnes, au Cros de Géorand…, Bénédictins du Monastier Saint Chaffre, Augustiniens du Prieuré de Charay aux Estables,… Ces conflits d’intérêt étaient inévitables étant donné la densité de l’implantation monastique sur le secteur.
Le site est idyllique pour l’installation d’une chartreuse car ces religieux affectionnent tout particulièrement les fonds de vallée élevés, comme l’est le vallon de la Veyradeyre. La Chartreuse de Bonnefoy f sera rebâtie en 1728, il en reste aujourd'hui les vestiges. Les bâtiments restant ne datent pas du Moyen-Age, mais plutôt de la période moderne, car la chartreuse eut à subir de nombreuses dégradations et attaques au cours de son histoire. Se distinguent clairement la façade du pavillon d’entrée, aux lignes pures et classiques, les vestiges de l’églises, avec la tour carrée au chevet, mais aussi les bâtiments où se trouvait les cellules des chartreux, et notamment celle du prieur à la tête de la communauté. D’autres vestiges sont plus difficiles à trouver comme les restes de la maison Basse, ou résidaient les convers, religieux en charge des travaux manuels, ou encore les imposants viviers. Une grande partie des vestiges demeure privée et habitée, aussi nous vous incitons vivement à respecter les lieux et la tranquillité des résidants qui ont la gentillesse de laisser les touristes profiter de ce patrimoine.
L'Eglise du Béage, dédiée à Saint-Pierre, construite en 1862 détient une croix de cuivre repoussé et émaillé, provenant de la chartreuse de Bonnefoy, un doigt de Saint-François Régis et des boiseries de Régis Breysse, enfant et berger du pays).

Un panneau posé devant le site vous permettra de vous repérer plus aisément, des documents sont disponibles en office de tourisme et à la mairie du Béage. Des visites guidées du site sont organisées entre le 14 juillet et le 15 août les mercredis à 14h30, et toute l’année sur réservation (rens. Office de tourisme)

Elodie Blanc
Animatrice culturelle
CDC Sources de la Loire
07510 Saint-Cirgues en Montagne
OTI : 04 75 38 89 78 ou 04 75 94 09 35






Office de Tourisme des Pays des Sources de la Loire